18 juillet 2024

Le New York Times révèle : Martelly tente d’influencer le futur gouvernement haïtien, ses alliés préconisent l’amnistie pour les gangs.-

6 min read

L'ancien chanteur pop Michel Martelly, alias "Sweet Micky", a prêté serment comme président samedi à Haïti, un pays ravagé par une pauvreté endémique et qui peine à se relever du séisme dévastateur du 12 janvier 2010. /Photo prise le 14 mai 2011/REUTERS/Swoan Parker

Dans un article publié le mardi 21 mai 2024, le journal américain New York Times a révélé que l’ancien président Joseph Michel Martelly tenterait d’influencer la composition du futur gouvernement, et que ses alliés au CPT préconiseraient l’amnistie pour les gangs. Le reportage de Maria Abi-Habib expose Dimitri Hérard et ses manigances avec le gang Izo, tout en mettant en lumière les mauvaises pratiques sous l’administration de Martelly. Cet article dresse un tableau des actions des gangs à l’approche du déploiement de la Mission Multinationale de Soutien à la Sécurité.

Les diplomates et responsables occidentaux affirment que l’influence et les capacités de nombreux gangs haïtiens évoluent, les rendant de plus en plus menaçants pour la force multinationale de police dirigée par le Kenya, qui doit bientôt être déployée en Haïti, ainsi que pour le fragile conseil de transition qui tente de tracer une voie vers les élections.

À quelques jours de leur arrivée, les 2 500 policiers devront affronter une force de gangs mieux équipée, financée, formée et unifiée que toute mission déployée précédemment dans la nation caribéenne, selon les experts en sécurité.

Autrefois largement dépendants de l’élite politique et économique haïtienne pour leur financement, certains gangs ont trouvé des sources de revenus indépendantes depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse en 2021 et l’effondrement de l’État qui a suivi.

« Les gangs gagnaient leur argent grâce aux enlèvements, à l’extorsion et aux paiements des politiciens pendant les élections et des élites économiques entre les élections », a déclaré William O’Neill, expert en droits de l’homme nommé par les Nations Unies pour Haïti. « Mais les gangs sont maintenant beaucoup plus autonomes et n’ont plus besoin du soutien financier des anciens dirigeants », a-t-il ajouté. « Ils ont créé un monstre qui échappe à tout contrôle. »

Selon deux responsables du ministère de la Justice qui ont parlé sous couvert d’anonymat pour discuter de renseignements sensibles, les gangs disposent d’un arsenal plus puissant que jamais. Depuis février, certains gangs ont acquis des armes automatiques, possiblement un mélange d’armes volées aux armées régionales et d’autres converties à partir de fusils semi-automatiques.

Les gangs ont également changé leur posture publique, publiant des vidéos sur les réseaux sociaux où ils se comportent comme des milices avec des ambitions nationales, se souciant moins de leurs guerres de territoire habituelles.

Certains des gangs haïtiens ont commencé à travailler ensemble en septembre dernier, lorsqu’ils ont annoncé l’alliance appelée « Vivre Ensemble », quelques jours après que la République dominicaine a fermé sa frontière terrestre avec Haïti.

L’idée était d’unir les gangs pour surmonter les obstacles que la fermeture de la frontière posait à leurs opérations de trafic de drogue, selon deux diplomates occidentaux spécialisés sur Haïti qui n’étaient pas autorisés à s’exprimer publiquement. Mais l’alliance s’est effondrée environ une semaine après son annonce, après que deux tonnes de cocaïne ont été volées au chef de gang haïtien Johnson André, connu sous le nom de Izo.

Le gang de Izo, « 5 Segonn » (cinq secondes en créole), est considéré comme le plus grand trafiquant de cocaïne du pays, envoyant une grande partie de son produit directement en Europe, selon les diplomates.

Fin février, l’alliance « Vivre Ensemble » a été ressuscitée. Les gangs ont publiquement promis de renverser le Premier ministre du pays et ont juré de résister à la force de sécurité dirigée par le Kenya une fois déployée, qualifiant les troupes « d’envahisseurs ».

Quelques jours plus tard, l’alliance a pris d’assaut deux prisons, libérant quelque 4 600 prisonniers, dont beaucoup ont rejoint leurs rangs. Le chaos a forcé le Premier ministre haïtien, qui était hors du pays, à démissionner.

Parmi les évadés se trouvait Dimitri Hérard, selon des responsables haïtiens, le chef de l’unité de sécurité qui protégeait le palais présidentiel de M. Moïse avant son assassinat. M. Hérard avait ordonné à ses forces de se retirer alors que des mercenaires prenaient d’assaut la résidence de M. Moïse. Il était en prison en attente de son procès pour des accusations liées à l’assassinat lorsqu’il a été libéré lors de l’évasion.

M. Hérard aide maintenant à organiser et à conseiller le gang de Izo et pourrait fournir des connexions à des organisations criminelles plus importantes dans la région, y compris des cartels de la drogue, selon un haut responsable du renseignement régional et les deux diplomates occidentaux.

M. Hérard n’a pas pu être joint pour commenter.

Les gangs haïtiens semblent utiliser des armes également utilisées par le Clan du Golfe, un cartel colombien qui opère le long de la côte caribéenne du pays et utilise les pays voisins pour faire passer de la cocaïne. Le président Gustavo Petro de Colombie a déclaré le mois dernier que des milliers d’armes militaires avaient été volées et vendues à des groupes armés, comme des cartels, et pourraient avoir été envoyées en Haïti.

Un autre puissant chef de gang, Vitel’homme Innocent, a également été lié par les autorités à l’assassinat de M. Moïse. Il a loué l’une des voitures utilisées dans le meurtre de M. Moïse, selon un rapport de la police haïtienne.

M. Hérard était également un suspect principal dans l’une des plus grandes affaires jamais menées par la Drug Enforcement Administration (DEA) en Haïti. En 2015, le cargo MV Manzanares a accosté à Port-au-Prince avec plus de 1 000 kilogrammes de cocaïne et d’héroïne cachés parmi des sacs de sucre.

À l’époque, Michel Martelly était président d’Haïti et M. Hérard était un membre senior de sa force de sécurité présidentielle. M. Hérard a été vu par plusieurs témoins au port, ordonnant aux membres de la garde présidentielle de transporter les drogues hors du navire et dans des véhicules de police.

La plupart des drogues dans cette affaire ont disparu. Les témoins ont été intimidés par des responsables gouvernementaux haïtiens, y compris par Jimmy Chérizier, un officier de police, selon Keith McNichols, un ancien agent de la DEA qui a travaillé sur l’affaire.

M. Chérizier, également connu sous le nom de Barbecue, est maintenant l’un des chefs de gang les plus puissants d’Haïti et un élément clé de la coalition « Vivre Ensemble ».

« Les gangs sont de plus en plus liés au trafic de drogue », a déclaré M. O’Neill, de l’ONU. « Et étant donné que certains anciens officiers de police comme Hérard étaient impliqués dans le trafic de drogue lorsque Martelly est arrivé au pouvoir, il ne serait pas surprenant que les gangs essaient maintenant de courtiser ces anciens responsables de la sécurité. »

Plus récemment, des responsables au courant des négociations pour nommer un nouveau Premier ministre haïtien disent que M. Martelly a fait pression sur les dirigeants caribéens et ses alliés politiques pour essayer d’influencer la composition du gouvernement intérimaire.

Ses alliés au sein du conseil de transition ont discrètement proposé qu’une immunité soit accordée aux gangs, ont déclaré les responsables, possiblement dans le cadre d’une amnistie plus large pour les anciens responsables gouvernementaux qui pourraient être accusés de corruption.

« Je nie catégoriquement ces allégations infondées d’ingérence active avec le conseil de transition », a déclaré M. Martelly dans une déclaration au New York Times, qualifiant les accusations de politiquement motivées. « Je n’ai jamais eu de relation avec les gangs, ni fait référence à une amnistie pour qui que ce soit. »

Le gouvernement de M. Martelly, qui a servi de 2011 à 2016, a été accusé de corruption rampante, y compris de détournement d’aide d’environ 2 milliards de dollars provenant du Venezuela.

En 2022, le Canada a imposé des sanctions contre lui et d’autres politiciens haïtiens pour avoir protégé et soutenu des gangs locaux, « y compris par le blanchiment d’argent et d’autres actes de corruption ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2023 LakayInfo. Tous droits réservés. Contact : lakayinfo47@gmail.com WhatsApp : +509 36.67.32.49 | Newsphere by AF themes.

En savoir plus sur

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading