18 juillet 2024

Un câble diplomatique classifié révèle le rôle d’un officier vétéran de la CIA dans le renversement violent du populaire président d’Haïti Jean-Bertrand Aristide en 2004.-

18 min read

Nous nous excusons auprès de nos lecteurs pour les coquilles présentes dans l’article. Lakayinfo a effectué une traduction automatique de l’article publié sur le site Grayzone, qui était en anglais. Nous comprenons l’importance de fournir des informations précises et de qualité, et nous nous excusons encore une fois pour toute confusion que cela aurait pu causer.

Un évasion spectaculaire à Gonaïves, en Haïti, en août 2002 a vu un bulldozer percer les murs de la prison locale, permettant aux partisans armés d’Amiot « Cubain » Métayer, un chef de gang emprisonné des semaines plus tôt pour avoir harcelé des personnalités politiques haïtiennes. Métayer s’est échappé, tout comme 158 autres prisonniers. Parmi eux se trouvent les auteurs du massacre de Raboteau en avril 1994, qui a laissé des dizaines de Haïtiens morts et déplacés. Les victimes étaient des partisans du président populaire anti-impérial Jean-Bertrand Aristide.

Les documents publiés à The Grayzone dans le cadre de la FOIA – sans doute involontairement – révèlent que le l’evasion faisait partie d’une opération de renseignement américaine complexe, visant à saper la présidence d’Aristide. Au cœur de cette opération se tavait Janice L. Elmore, un agent de la CIA travaillant sous couverture en tant qu' »officier politique » du département d’État à l’ambassade des États-Unis à Port-au-Prince à l’époque.

Jean-Bertrand Aristide

La évasion a déclenché une violente campagne de changement de régime, qui a finalement évincé Aristide de ses fonctions le 29 février 2004. Après avoir été déposé et transporté par avion en Afrique du Sud, Aristide a affirmé avoir été « kidnappé » par les forces américaines et directement accusé Washington d’orchestrer le complot. Sa nation s’est rapidement transformée en un État défaillant despotique, alors que des paramilitaires impitoyables ont mis à rude la main sur la population. Les Marines américains et plus tard les troupes de l’ONU ont été déployés pour « maintenir la paix », ce qui, en pratique, signifiait la répression non seulement contre les militants armés anti-coup d’État, mais aussi les manifestants et les civils indignés.

En 2022, l’ancien ambassadeur de France en Haïti a admis que la France et les États-Unis avaient, en fait, orchestré le « coup d’État », qu’il a reconnu être « probablement » dû aux demandes répétées d’Aristide pour que les Haïtiens soient remboursés des 21 milliards de dollars de réparations qu’ils avaient payés de force à leurs anciens maîtres d’esclavagistes à Paris depuis 1825. L’ancien ambassadeur a déclaré au New York Times qu’avec Aristide en exil, « cela a facilité notre travail » de saper les demandes de remboursement des Haïtiens.

Les responsables américains ont nié à plusieurs reprises toute implication dans le renversement d’Aristide, affirmant qu’ils n’étaient intervenus que par la suite pour rétablir l’ordre. Mais le câble diplomatique secret obtenu par The Grayzone raconte une histoire très différente.

Envoyé de l’ambassade des États-Unis à Port-au-Prince en septembre 2002 par l’ambassadeur américain de l’époque, Brian Dean Curran, le dossier place Elmore, apparemment un agent vétéran de la CIA, dans une réunion avec des policiers locaux déloyaux et des conspirateurs de coup d’État à Gonaïves la veille du jailbreak.

Le dossier se lit comme une confirmation de l’implication de haut niveau du gouvernement américain dans le coup d’État de 2004 en Haïti, et soulève de profondes questions sur l’implication américaine dans d’autres récentes campagnes de changement de régime dans tout l’hémisphère.

Aristide exilé, partisans massacrés

En décembre 1990, le prêtre catholique charismatique de 37 ans, Jean-Bertrand Aristide, a été élu par glissement de terrain lors de la toute première élection présidentielle démocratique d’Haïti. Enrôlé sur une plate-forme de démocratisation et de souveraineté nationale, Aristide a cherché à mettre en œuvre une forme de théologie de la libération – une philosophie chrétienne préconisant la libération des opprimés par la révolution.

Mais seulement sept mois après son investiture, Aristide a été marché sous la menace d’une arme à feu depuis le palais présidentiel de Port-au-Prince par des membres des forces armées américaines formées par Haïti, et contraint à l’exil. Au cours des trois années suivantes, le pays a été gouverné par une junte brutale, et des milliers de personnes ont été massacrées par l’armée, la police et les paramilitaires fascistes.

Ce règne de terreur a atteint son apogée le 22 avril 1994, lorsque les forces militaires et paramilitaires ont attaqué le quartier fortement pro-Aristide de Raboteau, à Gonaïves. De nombreux résidents avaient participé à des manifestations à grande échelle exigeant le retour de leur président depuis sa destitution. Lors d’un raid sauvage, les soldats sont allés de maison en maison, battant et arrêtant des résidents, y compris des enfants, tout en tirant sans discernement sur les passants et ceux qui ont tenté de fuir. Lorsque la fusillade s’est arrêtée, au moins 30 habitants étaient morts.

Raboteau était loin d’être le seul massacre perpétré par la junte militaire haïtienne pendant l’exil d’Aristide. Mais il a produit le tout premier procès pour crimes contre l’humanité dans l’histoire du pays. En septembre 2000, 53 des 59 accusés ont été reconnus coupables de meurtre de masse pour leur rôle dans la violence. Parmi eux se trouvaient les dirigeants du coup d’État de 1991, déclarés coupables par contumace.

Comme le New York Times l’a rapporté à l’époque, « Le procès a été un point de repère pour Haïti, une étape dans la mise en justice d’un niveau d’élite d’officiers militaires et paramilitaires et de leurs cohortes pour des violations des droits de l’homme commises pendant une période de régime militaire violent après le renversement de l’ancien président ».

Sous une pression publique croissante au pays et dans les Caraïbes, Washington s’est engagé à renvoyer le gouvernement élu d’Aristide le 15 octobre 1994. Pour ce faire, plus de 20 000 soldats américains ont brièvement occupé le pays aux côtés d’un petit contingent de la CARICOM. Le retour du gouvernement élu a mis fin aux massacres. Le gouvernement Aristide a finalement été en mesure de commencer à réformer la police et à dissoudre l’armée notoirement répressive du pays, tout en lançant des projets de construction d’écoles et d’autres programmes au profit des pauvres.

Ces projets se sont poursuivis après que le successeur d’Aristide, René Préval, a remporté la présidence en 1996. Bien que Préval ait déçu de nombreux partisans du mouvement populaire après avoir semblé adopter la privatisation, il semblait que le pays se remettait sur la bonne voie lorsque Aristide a obtenu près de 92 % des voix lors d’une élection écrasante et a été retourné au pouvoir en 2001.

En quelques mois, cependant, le président américain George W. Bush a imposé des sanctions paralysantes à Haïti, s’ost déplacé pour geler les prêts de la Banque mondiale et du FMI, tout en bloquant Port-au-Prince de l’aide et de l’aide au développement des États-Unis. Washington a justifié les mesures destructrices en affirmant qu’il y avait des irrégularités dans l’élection, pointant du doigt des chiffres de l’opposition du pays qui ont boycotté le vote. Pourtant, les sondages ont montré que les électeurs soutenaient fermement Aristide et rejetaient le boycott.

Sans se décourager, le gouvernement d’Aristide s’est rapidement mis à mobiliser les pauvres, à favoriser les trêves de quartier, à renforcer les systèmes de santé et d’éducation, à doubler le salaire minimum et à tenir les paramilitaires et leurs financiers responsables. Le président a également rétabli des liens diplomatiques avec Cuba, ouvrant la voie au déploiement de brigades médicales cubaines en Haïti.

Bien que populaires parmi les Haïtiens moyens, les programmes ont été considérés comme une menace politique désastreuse par les personnalités de l’opposition locale et leurs partisans à Washington. L’administration Bush a adopté un embargo sur l’aide au développement, qui a réussi à faire pression sur la plupart des ONG et d’autres gouvernements pour qu’ils coupent l’aide. Et le National Endowment for Democracy, une coupure du renseignement américain créée pour influencer les élections à l’étranger, a commencé à organiser des partis d’opposition désunis en un seul groupe parapluie sous le couvert de « promotion de la démocratie ».

Assez vite, une violente campagne paramilitaire a éclaté, ciblant les infrastructures gouvernementales à Port-au-Prince, avant de s’étendre aux zones rurales qui soutenaient fortement Lavalas, le mouvement associé à Aristide. Au milieu du tumulte, le spectaculaire jailbreak a été réalisé à Gonaïves en août 2002, et Métayer a été libéré aux côtés de dizaines de paramilitaires et de gangsters anti-gouvernementaux.

Le pistolet fumant

Fortement estampillé « recommander le déni dans son intégralité », un câble précédemment non divulgué a été envoyé de l’ambassade des États-Unis à Port-Au-Prince au bureau du secrétaire d’État Colin Powell le 18 septembre 2002. Il enregistre comment un « confidant » d’Aristide, Pere Duvalcin, avait approché la mission diplomatique et « s’estplaint » qu’un véhicule de l’ambassade américaine avait été repéré à Gonaïves la veille du jailbreak. Selon le câble, l’ambassadeur de la République dominicaine en Haïti a noté qu’Aristide lui-même avait soulevé cette question, soulignant une responsable américaine nommée Janice Elmore en tant qu’orchestratrice de l’instabilité.


Un câble secret émis par l’ambassade des États-Unis place un agent présumé de la CIA à proximité d’un tristement célèbre jailbreak qui a finalement contribué à renverser le gouvernement élu d’Haïti.

Le câble révèle comment, immédiatement avant le jailbreak, Elmore a soudainement informé les responsables de l’ambassade qu’elle avait des réunions à Cap-Haïtien, « et qu’elle reviendrait par la route ». Les responsables « l’ont prévenue de voyager dans les Gonaïves et de notre interdiction de voyager là-bas ». En réponse, elle a dit qu’elle ne ferait que « transiter » dans la région, ajoutant qu’elle serait accompagnée d’une escorte policière.

Le chef de mission adjoint de l’ambassade, Luis Moreno, n’a fait aucune mention de l’arrêt ou de la « conduite d’affaires » par Elmore là-bas, ce qui serait « contre les procédures de l’ambassade ». Le responsable l’a en outre exhortée à « être très prudente et à faire preuve de bon jugement ».

Alors qu’Elmore n’a apparemment jamais mentionné ses activités dans les Gonaïves par la suite, la confidente d’Aristide a offert une mine de perspicacités sensibles. Duvalcin a affirmé qu’Elmore a rencontré des responsables de l’application de la loi proches de Dany Toussaint, une personnalité politique locale qui avait servi dans l’armée, dirigeait la police intérimaire d’Haïti et qui était autrefois le garde du corps personnel d’Aristide. Le charismatique et avide de pouvoir Toussaint a acquis une réputation de caméléon politique. Comme cela a été documenté, il est allé derrière le dos d’Aristide pour coordonner avec l’ambassade américaine et les courtiers de pouvoir locaux sur ses propres plans pour échouer le président et prendre le contrôle du mouvement populaire d’Haïti.


Dany Toussaint, un ancien garde du corps d’Aristide impliqué dans le coup d’État de 2004 en Haïti, pose pour une photographie.

Insisant une éventuelle friction au sein de l’ambassade, l’ambassadeur Curran est cité dans le document comme insistant sur le fait que « le département [d’État] m’a désigné comme la seule personne qui devrait parler à Toussaint – et seulement avec des instructions spécifiques de Washington ». Dans des commentaires sur les réunions d’Elmore à Gonaïves, qui semblent indiquer qu’elle jouait hors scénario, Curran a écrit : « Elmore n’a jamais mentionné qu’elle avait été en Gonaïves avant ou après l’incident impliquant [Amiot] Cubain [Métayer] ».

À l’époque, les responsables américains avaient l’ordre explicite de ne pas se rendre dans une grande partie d’Haïti, y compris les Gonaïves. Après avoir bafoué cette directive, Elmore « a eu d’autres contacts avec des personnes douteuses » à Gonaïves, aurait déclaré l’ambassadeur dominicain à l’ambassade.

Ces « personnes douteuses » comprenaient Hugues Paris, décrit dans le câble comme « Haïtien ayant des liens avec des conspirateurs de coup d’État ». Il semble avoir joué un rôle dans les coulisses du jailbreak, et a été l’un des principaux riches partisans d’une escadron de la mort connue sous le nom de FLRN, qui a pris le dessus sur une partie du pays à l’évasion du coup d’État de février 2004. Des années auparavant, Paris était accusé d’avoir servi de conseiller commercial de Raoul Cedras, le chef de la junte militaire brutale qui a gouverné l’Haïti pendant trois ans après le renversement d’Aristide en 1991.


Hugues Paris est vu avec une femme non identifiée.

Selon le câble diplomatique, l’ambassadeur dominicain a déclaré qu’Aristide avait mentionné la visite d’Elmore à Gonaïves dans une discussion. Le président haïtien croyait que les activités d’Elmore dans la ville balnéaire « étaient la preuve d’un plan caché visant à saper son régime ».

Le comploteur apparent de la CIA mobilise des « individus douteux » en Haïti

D’après le ton et le langage employés par l’auteur du câble, il est clair que les diplomates américains en Haïti étaient bien conscients qu’Elmore pourrait causer des problèmes. Mais le document offre peu de preuves qu’ils étaient intéressés à déterminer la nature exacte de ses activités.

Au lieu de cela, il suggère que les responsables de l’ambassade étaient plus préoccupés par la détermination de savoir si la couverture d’Elmore avait été soufflée et si son téléphone avait été exploité par le gouvernement haïtien. Selon le document, des diplomates américains ont approché un ancien représentant de la société de sécurité privée DynCorp pour en savoir plus sur les capacités d’interception des services de sécurité locaux. Leur source a confirmé que Port-au-Prince était capable de surveiller les appels téléphoniques dans le pays, et l’ambassade a estimé que les autorités haïtiennes « ciblaient spécifiquement [Elmore]… la considérant comme une riche source d’information », en raison de « ses contacts dans la police ».

Dans ce contexte, le contact d’Elmore avec des éléments fidèles à Dany Toussaint est particulièrement frappant. Le câble révèle que la veille du départ du président pour Taïwan pour des affaires diplomatiques, « quelqu’un de l’ambassade avait appelé Toussaint, l’avertissant que Aristide prévoyait de le faire arrêter alors qu’Aristide était à l’extérieur du pays », selon le confident d’Aristide. Le confident non identifié aurait été « envoyé pour calmer » Toussaint, qui « a menacé la guerre civile, si une tentative était faite » de l’incarcérer.

De toute évidence, Elmore connaissait bien les « personnes douteuses » en Haïti qui s’intéressaient à la chute d’Aristide et qui ont ensuite été impliquées dans le coup d’État de février 2004. Le fait qu’elle les ait rencontrés et leurs alliés la veille du jailbreak des Gonaïves est proche de la preuve de la connaissance préalable américaine de cet acte, et une forte indication que les bases de l’expulsion forcée d’Aristide étaient consciemment posées bien à l’avance.

Un ancien membre du personnel de l’ambassade des États-Unis à Port-au-Prince qui a parlé anonymement avec The Grayzone a décrit Elmore comme stridentement « anti-Aristide » et marié à un membre d’une force d’opérations spéciales américaine.Elmore semble également avoir été bien informé sur d’autres aspects de la campagne de déstabilisation ciblant le gouvernement Aristide.

Selon un courriel du département d’État de 2001 obtenu par The Grayzone, Elmore a été impliqué dans des discussions sensibles sur la guerre économique américaine contre Haïti. Les apparatchiks du département d’État se sont coordonnés avec un responsable de la Banque interaméricaine de développement alors qu’ils cherchaient à contrer les revendications faites par le gouvernement haïtien au sujet du blocage et du retard des prêts et des décaissements. Elmore avait un siège au premier rang, démontrant son influence tranquille sur les efforts anti-Aristide de Washington.


L’officier présumé de la CIA Janice Elmore est vu sur une photographie non datée.

Elmore nommé joueur dans le complot de la CIA pour la cocaïne

Une inspection plus approfondie des antécédents d’Elmore implique directement la CIA dans le complot. En fait, elle a été spécifiquement identifiée comme officier de la CIA par un agent de la DEA lors d’une enquête du ministère de la Justice en décembre 1997 sur l’utilisation clandestine du trafic de cocaïne par l’administration Reagan pour financer secrètement sa sale guerre au Nicaragua.

Les responsables du DoJ ont examiné les témoignages et les documents fournis par l’ancien agent spécial de la DEA Celerino Castillo, qui a tenté d’infiltrer les organisations contrôlant le commerce de cocaïne au Salvador. Il a affirmé avoir découvert des preuves incontestables que l’opération de la CIA visant à fournir les Contras fascistes du Nicaragua « a également fait passer de la drogue en contrebande pour aider à financer la guerre », mais a rencontré un « mur de résistance » essayant d’alerter ses homologues de la CIA et de l’ambassade des États-Unis. Un supérieur, a-t-il allégué, l’a averti de « le laisser tranquille ».

Castillo a explicitement nommé Elmore comme l’agent de la CIA au Salvador à qui il a rendu compte pendant cette période. Elle a confirmé son calendrier lorsqu’elle a ensuite été grillée par le DoJ, mais a affirmé avoir simplement servi en tant que « coordonnatrice » des stupéfiants de l’ambassade locale. Elle a également admis qu’il « l’a informée à plusieurs reprises au sujet de la drogue au Salvador, et a fait des allégations générales selon lesquelles les Contras étaient impliqués dans le trafic de stupéfiants ». Cependant, a-t-elle affirmé qu’« aucune preuve n’avait été développée pour étayer cette rumeur ».

Elmore a ensuite été interviewée à huis clos par le Comité du renseignement de la Chambre au sujet de sa connaissance du trafic de drogue de la CIA. Son témoignage n’a jamais été divulgué. À l’époque, l’ancien enquêteur sur les stupéfiants de la LAPD Michael C. Ruppert a accusé qu’elle était au Salvador, qu’elle « a rencontré régulièrement » des  » dirigeants militaires et politiques » et « a utilisé des liaisons sexuelles pour recueillir des renseignements et protéger les opérations de drogue ». Ruppert a décrit Elmore comme un officier de la CIA opérant sous couverture en tant qu’agent politique de l’ambassade du département d’État.

Le profil Linkedin d’Elmore indique qu’en plus de son travail en tant qu’agente politique, elle a également été employée par les programmes de développement de l’aviation et de la police du Bureau des stupéfiants internationaux et de l’application de la loi du Département d’État. Un bulletin du département d’État d’avril 1986 montre qu’Elmore a été nommé dans une nomination au Sénat américain pour le service extérieur. Entre 1993 et 1994, elle a fréquenté l’Inter-American Defense College (IADC) à Washington, DC, qui a des liens avec l’Organisation des États américains (OEA).

Comme d’autres programmes américains qui forment la police et les officiers de l’armée de tout l’hémisphère occidental, l’école a l’habitude de préparer les personnes impliquées dans des coups d’Étatdes escadrons de la mort et des programmes de renseignement parrainés par les États-Unis.


Une capture d’écran montre le site Web de SOL Worldwide LLC, qui a depuis été supprimé.

Depuis sa retraite en 2006, le profil LinkedIn d’Elmore montre qu’elle a travaillé comme consultante ainsi que directrice de la recherche et de l’analyse chez SOL Worldwide. Le site Web désormais défunt de l’entreprise a expliqué que son « personnel a travaillé dans le monde entier, soutenant les initiatives américaines ». Cela comprenait un programme national local d’interprètes et de traducteurs de la police nationale d’Afghanistan (ANP), ainsi qu’un développement de programmes d’études et une formation en anglais du ministère fédéral bosniaque de l’Intérieur (FMOI).

Le site Web décrit également SOL Worldwide qui réalise « Flexible Operational Readiness and Support… pour des projets allant de la construction et de la sécurité à la logistique, au transport et au maintien de la vie » en donnant des exemples d’opérations à Dubaï, aux États-Unis. Frontière mexicaine, El Salvador, Haïti, Soudan, Turquie et sud de l’Afghanistan. Le site Web explique en outre que « divers services de formation et de soutien ont été offerts pour « les multinationales qui soutiennent des opérations en Afrique, en Amérique latine et en Asie du Sud-Ouest ».


L’officier présumé de la CIA Janice Elmore pose avec un chameau.

Dans le sillage du coup d’État, des fosses communes, du meurtre de masse, de la responsabilité zéro

Le 1er janvier 2004, la célébration du bicentenaire de l’indépendance d’Haïti a eu lieu à Gonaïves, où l’indépendance du pays vis-à-vis de la France avait été déclarée en 1804. La réunion a réuni Aristide et des invités notables tels que le président sud-africain Thabo Mbeki, le seul chef d’État étranger à résister à un boycott de l’événement dirigé par la France et les États-Unis.

Alors que de grandes foules célébraient, la police s’est heurtée violemment aux putschistes locaux qui tentaient de détruire le rassemblement du bicentenaire. Brian Concannon, directeur exécutif de l’Institut pour la justice et la démocratie en Haïti, était présent dans les Gonaïves ce jour-là. Il a déclaré à The Grayzone que l’épidémie de violence « s’insuisait tout cela dans un plan minutieusement construit depuis des années ».

« La rupture de prison et la violence du 1er janvier étaient toutes des mesures délibérées vers le coup d’État éventuel », a expliqué Concannon. « Les escarmouches ont affaibli le gouvernement, effrayé ses partisans et enhardi l’opposition. La police était déjà étirée en essayant de protéger la frontière contre les envahisseurs paramilitaires et en gérant les manifestations délibérément provocatrices, qui ont été synchronisées. L’étape suivante a été de susciter des troubles dans les Gonaïves, qui ont ouvert un troisième front à la police et les ont forcées à détourner des ressources. »

À la mi-février 2004, les premières escarmouches entre les paramilitaires fascistes et les autorités locales étaient descendues en guerre à part. Les putschistes des Gonaïves se sont associés à d’anciens personnages de la police et des paramilitaires anti-Aristide qui descendaient sur le pays depuis la République dominicaine, où ils étaient protégés pendant des années.

Le gouvernement légitime déposé, les États-Unis et ses alliés ont installé un nouveau Premier ministre : Gérard Latortue, né au Gonaïves, un ancien fonctionnaire de la Banque mondiale vivant à Boca Raton, en Floride, à l’époque. Pendant ce temps, les paramilitaires ont régné en maître dans les rues d’Haïti, assassinant et emprisonnant en toute impunité des manifestants anti-coup d’État. Une étude publiée par Lancet Medical Journal a révélé qu’environ 8 000 personnes ont été assassinées dans la grande région de Port-au-Prince au cours des 22 mois qui ont suivi le coup d’État. Une enquête sur les droits de l’homme de l’Université de Miami a documenté des meurtres de masse par la police et les forces d’occupation de l’ONU, ainsi que des fosses communes, des prisons exiguës, des hôpitaux sans médicaments, des rues parsemées de cadavres et des morgues infestées d’asticots.

Les administrateurs publics, le pouvoir judiciaire et les forces de sécurité d’Haïti ont par la suite été purgés de tous les fonctionnaires encore fidèles à la démocratie. Les licenciements massifs et les attaques contre les syndicats anti-coup d’État étaient monnaie courante. Les journalistes dissidents ont fait l’étassassination et l’arrestation, tandis que le journal gouvernemental L’Union et le journal Kreiòl de la Fondation Aristide pour la démocratie Diyite ont été fermés de force. Pendant ce temps, les responsables du massacre de Raboteau et d’autres crimes paramilitaires ont été à l’abri des poursuites.

Une demande de commentaire de The Grayzone sur le compte Facebook de Janice Elmore et l’adresse e-mail affichée sur le site Web désormais défunt de SOL Worldwide sont restées sans réponse. Elmore n’était pas disponible au numéro de téléphone qui y est indiqué.

Le département d’État a refusé notre demande de commentaires, nous renvoyant plutôt à la CIA, qui n’a pas répondu à une demande par courrier électronique.

thegrayzone & Lakayinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2023 LakayInfo. Tous droits réservés. Contact : lakayinfo47@gmail.com WhatsApp : +509 36.67.32.49 | Newsphere by AF themes.

En savoir plus sur

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading