17 avril 2024

L’IGPNH RIDICULISE LES VICTIMES CAP-HAITIEN / CAFÉ TRIO/ENQUÊTE

5 min read

CAP-HAÏTIEN/CAFÉ TRIO/ENQUÊTE

L’IGPNH RIDICULISE LES VICTIMES

La Police Nationale d’Haiti par l’intermédiaire de l’Inspection Générale (IGPNH) passe en dérision la population haïtienne dont celle du Cap-CAP-HAÏTIEN/CAFÉ TRIO/ENQUÊTE

L’IGPNH RIDICULISE LES VICTIMES

La Police Nationale d’Haiti par l’intermédiaire de l’Inspection Générale (IGPNH) passe en dérision la population haïtienne dont celle du Cap-Haïtien encore plus les victimes soupirant après le désir de savoir ce qui s’est réellement passé à Café Trio et qui en étaient les commanditaires, les coupables et les complices.

Dans un article paru dans le journal Le Nouvelliste le 9 mai 2018 avec pour titre: « Attaque au gaz lacrymogène au Café Trio… », L’IGPNH parle des avancées de l’enquête.

Allons voir ce que la police des polices appelle « avancées » ou ce qu’elle entend dans le langage policier « avancée ».

Deux semaines après que des terroristes aient lancé du gaz lacrymogène dans l’enceinte du Café Trio qui était plein à craquer le 28 avril dernier avec des citoyennes et citoyens qui étaient venus assister à une conférence-débat sur la dilapidation des fonds PétroCaribe présentée par les Sénateurs Youri Latortue et Jacques Sauveur Jean, l’Inspection Générale présente le résultat de l’enquête préliminaire qu’elle dit mener sur ce dossier.

Dans l’article du Nouvelliste, il est dit que « selon les premiers éléments d’informations recueillis, l’immeuble où se déroulait la conférence était « trop rempli », ce jour-là, les organisateurs ont ouvert l’accès à mille (1000) personnes tandis que le Café Trio ne pouvait en prendre que 100.

IGPNH, mettons la plaisanterie de côté puisque l’acte terroriste dont nous parlons a fait un mort et une dizaine de blessés.

IGPNH, soyons beaucoup plus sérieux. Selon vous, où se situe le rapport entre ce qui s’est passé, l’envoi du gaz toxique et l’excès de monde?

C’est juste la quantité excessive de participants qui a carrément provoqué le lancement du gaz?

Toujours selon l’article, le Porte-parole adjoint de l’IGPNH Benjamin Jean-Claude aurait affirmé que le comportement des policiers qui étaient sur place était correct.

Comment se fait-il que la même IGPNH qui déclare que l’enceinte du Café Trio était surchargée c’est encore elle-même qui claironne que le comportement de ses agents était correct? Qu’avaient fait les policiers qui étaient là en voyant l’encombrement, le surnombre?

Rester passif, est un comportement policier correct?

Notons que l’IGPNH dit que les agents de l’Unité Départementale du Maintien de l’Ordre (UDMO) qui assuraient la sécurité à l’extérieur de l’immeuble étaient présents du début à la fin, donc automatiquement l’IGPNH démentèle et dément les allégations selon lesquelles les barrières de Café Trio seraient fermées de l’extérieur pendant le lancement du gaz.

Dans l’article, il est mentionné que des agents du Service Départemental de la Police Judiciaire (SDPJ), sous couvert de l’anonymat étaient à l’intérieur durant la conférence.

Qu’est-ce qui explique qu’ils y étaient en dépit de cela, le résultat de votre enquête préliminaire est si puéril, si anodin, si comique, si fade et si révoltant? Vous ne leur en avez pas encore parlé?

IGPNH, vous ne trouvez pas qu’il était beaucoup mieux de vous taire au lieu de choisir délibérément de ridiculiser les victimes ainsi que la population capoise?

Quand vous n’avez rien à dire, gardez le silence.

Donald GERMÉUS

CAP-HAÏTIEN

+ 509 3630 3983. encore plus les victimes soupirant après le désir de savoir ce qui s’est réellement passé à Café Trio et qui en étaient les commanditaires, les coupables et les complices.

Dans un article paru dans le journal Le Nouvelliste le 9 mai 2018 avec pour titre: « Attaque au gaz lacrymogène au Café Trio… », L’IGPNH parle des avancées de l’enquête.

Allons voir ce que la police des polices appelle « avancées » ou ce qu’elle entend dans le langage policier « avancée ».

Deux semaines après que des terroristes aient lancé du gaz lacrymogène dans l’enceinte du Café Trio qui était plein à craquer le 28 avril dernier avec des citoyennes et citoyens qui étaient venus assister à une conférence-débat sur la dilapidation des fonds PétroCaribe présentée par les Sénateurs Youri Latortue et Jacques Sauveur Jean, l’Inspection Générale présente le résultat de l’enquête préliminaire qu’elle dit mener sur ce dossier.

Dans l’article du Nouvelliste, il est dit que « selon les premiers éléments d’informations recueillis, l’immeuble où se déroulait la conférence était « trop rempli », ce jour-là, les organisateurs ont ouvert l’accès à mille (1000) personnes tandis que le Café Trio ne pouvait en prendre que 100.

IGPNH, mettons la plaisanterie de côté puisque l’acte terroriste dont nous parlons a fait un mort et une dizaine de blessés.

IGPNH, soyons beaucoup plus sérieux. Selon vous, où se situe le rapport entre ce qui s’est passé, l’envoi du gaz toxique et l’excès de monde?

C’est juste la quantité excessive de participants qui a carrément provoqué le lancement du gaz?

Toujours selon l’article, le Porte-parole adjoint de l’IGPNH Benjamin Jean-Claude aurait affirmé que le comportement des policiers qui étaient sur place était correct.

Comment se fait-il que la même IGPNH qui déclare que l’enceinte du Café Trio était surchargée c’est encore elle-même qui claironne que le comportement de ses agents était correct? Qu’avaient fait les policiers qui étaient là en voyant l’encombrement, le surnombre?

Rester passif, est un comportement policier correct?

Notons que l’IGPNH dit que les agents de l’Unité Départementale du Maintien de l’Ordre (UDMO) qui assuraient la sécurité à l’extérieur de l’immeuble étaient présents du début à la fin, donc automatiquement l’IGPNH démentèle et dément les allégations selon lesquelles les barrières de Café Trio seraient fermées de l’extérieur pendant le lancement du gaz.

Dans l’article, il est mentionné que des agents du Service Départemental de la Police Judiciaire (SDPJ), sous couvert de l’anonymat étaient à l’intérieur durant la conférence.

Qu’est-ce qui explique qu’ils y étaient en dépit de cela, le résultat de votre enquête préliminaire est si puéril, si anodin, si comique, si fade et si révoltant? Vous ne leur en avez pas encore parlé?

IGPNH, vous ne trouvez pas qu’il était beaucoup mieux de vous taire au lieu de choisir délibérément de ridiculiser les victimes ainsi que la population capoise?

Quand vous n’avez rien à dire, gardez le silence.

Donald GERMÉUS

CAP-HAÏTIEN

+ 509 3630 3983.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2023 LakayInfo. Tous droits réservés. Contact : lakayinfo47@gmail.com WhatsApp : +509 36.67.32.49 | Newsphere by AF themes.

En savoir plus sur

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading