27 mai 2024

Pas de révolution sans armes.-

3 min read

On a presque tout perdu en tant que peuple, ce régime nous a entièrement déshumanisés, même le pain quotidien et la santé deviennent luxueux. La vie des haïtiens ne représentent plus rien, car, les morts sont des subterfuges du régime pour faire régner la peur au sein de la population en vue de protéger le pouvoir.

Vous voulez remporter un prix Nobel en tant que Pacificateur? Vous serez déjà tué par ce régime, votre prix Nobel ne sera qu’un prix posthume. Et, si vous voulez sortir là où vous êtes, il vous faut d’abord une vision révolutionnaire et ensuite des armes pour que la postérité puisse bénéficier de votre combat en tant que fervent disciple de nos aïeux Dessalines, Christophe et Pétion. Un peuple désarmé sera toujours vaincu.

Nous ne sommes plus en démocratie comme l’oncle Sam et certains aristocrates esclaves à talent veulent nous le faire croire; parce que dans une démocratie le Pouvoir arrête le Pouvoir, les lois sont respectées et les autres pouvoirs ne travaillent pas pour le compte d’un Chef suprême. Nous avons pris tout notre temps pour élire le meilleur menteur de la République portant les gênes d’une dictature moderne et acceptée par les USA et imposée au pauvre peuple Haïtien.

Pendant que les USA prônent la paix et la démocratie dans le monde, en Haiti ils soutiennent un président corrompu, un président qui massacre son propre peuple. On parle d’environ 450 morts en moins de seize 16 mois (une compilation de l’Amnesty international et des organismes nationaux de défense des droits humains. Des escalades de commission civile venant des Etats-Unis à chaque instant rien que pour prouver leur amour à l’égard du premier gardien du système. La police est politisée. Déjà l’armée est sous les ordres du général en chef Jovenel Moïse.

Paradoxalement, en Bolivie pour le renversement d’Evo Morales, le général de l’armée bolivienne William Kaliman a reçu 1 million de dollars en échange de ses bons et layaux services de la part de l’attaché commercial de l’ambassade des États-Unis à La Paz, Bruce Williamson. Même montant pour les autres Commandants militaires et 500 000 pour les hauts dirigeants de la police, tous sont actuellement aux État-Unis. Les pays n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts. Quand les Etat-Unis voulaient renversé l’ex-président Jean Bertrand Aristide, ils ont investi plusieurs milliers de dollars et ont armé des groupes paramilitaires ayant comme général en chef Guy Philippe. Le 29 février 2004, JBA a du quitter le pouvoir par un kidnapping car, il n’était pas maniable aux Américains comme Jovenel Moïse.

Nous enterrerons et pleurons le corps de nos frères et sœurs qui ont succombé face à la dictature qu’imposent les Etats-Unis à travers le dictateur Jovenel Moïse en Haïti. Peuple! Armez-vous si non vous serez vaincu.

La dernière triomphe provisoire de l’oligarchie du régime PHTK peut durer si rien n’est fait. Corruption inouïe de Jovenel Moïse cependant, il tisse sa relation avec ses supporteurs des Etats-Unis. Bientôt nous aurons à compter des morts par millier, la chair de nos compatriotes servira de mets à des animaux, nous exigerons nos petites filles à se prostituer pour survivre et les maladies sexuellement transmissibles auront un boulevard en Haïti.

Vous n’avez que trois (3) choix:

1) la résignation

2) lutter pour changer

3) mourir lâchement

Pour parvenir à ses fins politiques, disait Machiavel, il faut être à la fois « lion et renard » faire usage de la force ou de la ruse en fonction de la circonstance.

Blaise Robelto Flanky

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2023 LakayInfo. Tous droits réservés. Contact : lakayinfo47@gmail.com WhatsApp : +509 36.67.32.49 | Newsphere by AF themes.

En savoir plus sur

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading