20 février 2024

De la responsabilité des LEADER chretiens.

10 min read

« Texte très élaboré Kerlens. Merci d’avoir écrit de manière extensive sur cet aspect. On prêche de tout à l’église : les persécutions, le fait que les chrétiens sont des citoyens célestes et que leur bien est au ciel, mais on ne leur dit pas suffisamment de s’entraider, d’aimer le prochain qui est une émanation de la divinité, un être créé à l’image et à la ressemblance de Dieu. Avec leur pouvoir de convaincre les fidèles, leur capacité à se faire obéir, si les leaders religieux voulaient diffuser une culture de la conscience élevée, de l’amour de l’acceptation de l’autre, ils le pourraient. Mais hélas, ils sont mus par d’autres leitmotivs. Ils veulent continuer à abêtir et oppresser ce peuple. Est-ce que la conférence épiscopale s’est demandée pourquoi malgré toutes ces pastorales, ces mouvements d’église, l’Église haïtienne semble être impuissante face à cette déchéance sociale. Quid de la fédération des églises protestantes ? Pendant longtemps, on a cru que si les gens tournaient le dos aux pratiques ancestrales vodoues et qu’ils naissaient de nouveau, ils feraient la différence dans leur milieu, et pourtant, il n’en est rien. Le néophyte s’enorgueillit que son onction spirituelle le rend invincible dans son quartier, son milieu d’évolution, mais il ne peut jamais affirmer avec autant de conviction en quoi sa conversion rend les choses meilleures. Au contraire, il se tient sur un piédestal et fuit tout contact avec le soi-disant païen, alors que ce dernier fait montre de plus d’éthique et de valeurs morales que le chrétien. » (S.V.V.).

Les grands esprits se communiquent, dit-on. A peine que j’aie partagé mon texte sur la culpabilité des chrétiens dans le dilemme haïtien que mon amie Sterlinda ait trouvé bon de partager ce commentaire avec moi sur le texte. Le tableau dressé par Sterlinda est plus que véridique. Nous mettons en cause ici les leaders chrétiens. Nous ne nous sommes pas astreints à Haïti seulement ; le réveil et la révolution spirituelle dont nous parlons est une affaire mondiale. Mais, il faut que cela commence dans le pays dit le plus pauvre de l’hémisphère et cette fièvre finira par envahir le monde entier. L’ensemble du texte va se baser sur le passage de 1 Pierre 5 v 1 à 11 : « 1 Voici les exhortations que j’adresse aux anciens qui sont parmi vous, moi ancien comme eux, témoin des souffrances de Christ, et participant de la gloire qui doit être manifestée : 2 Paissez le troupeau de Dieu qui est sous votre garde, non par contrainte, mais volontairement, selon Dieu; non pour un gain sordide, mais avec dévouement; 3 non comme dominant sur ceux qui vous sont échus en partage, mais en étant les modèles du troupeau. 4 Et lorsque le souverain pasteur paraîtra, vous obtiendrez la couronne incorruptible de la gloire. 5 De même, vous qui êtes jeunes, soyez soumis aux anciens. Et tous, dans vos rapports mutuels, revêtez-vous d’humilité; car Dieu résiste aux orgueilleux, Mais il fait grâce aux humbles. 6 Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu’il vous élève au temps convenable; 7 et déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous. 8 Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. 9 Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde. 10 Le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés en Jésus-Christ à sa gloire éternelle, après que vous aurez souffert un peu de temps, vous perfectionnera lui-même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables. 11 A lui soit la puissance aux siècles des siècles ! Amen ! »

Que signifie paissez le troupeau de Dieu. Je vais laisser parler un prédicateur de l’évangile :

« 4 Pierre encourage les anciens de son époque à porter sur le troupeau qui leur est confié le même regard que Dieu. (Lire 1 Pierre 5:1, 2.) Bien que considéré comme une ‘ colonne ’ dans la congrégation, Pierre ne s’adresse pas à eux sur un ton condescendant. Il leur parle d’égal à égal (Gal. 2:9). C’est dans le même esprit que le Collège central exhorte aujourd’hui les anciens à fournir de vigoureux efforts pour assumer la lourde responsabilité de faire paître le troupeau de Dieu.

5 L’apôtre Pierre écrit que le troupeau qui leur est confié est celui de Dieu. Il est capital que les anciens reconnaissent que le troupeau appartient à Jéhovah et à son Fils Jésus Christ. Ils doivent rendre compte de la manière dont ils veillent sur les brebis de Dieu. Imaginez qu’un ami vous confie ses enfants pendant son absence. Vous allez bien sûr vous occuper d’eux et les nourrir. Si l’un d’entre eux tombe malade, vous vous assurerez qu’il reçoit les soins médicaux appropriés. De façon similaire, les anciens “ [font] paître la congrégation de Dieu, qu’il a achetée avec le sang de son propre Fils ”. (Actes 20:28.) Ils gardent à l’esprit que chaque brebis a été achetée avec le sang précieux de Christ Jésus. En hommes responsables, ils nourrissent, protègent et prennent soin du troupeau.

6. Aux temps bibliques, qu’impliquait être berger ?

6 Songez à ce qu’était la vie d’un berger aux temps bibliques. Pour s’occuper de son troupeau, le berger devait supporter la chaleur du jour et le froid de la nuit (Gen. 31:40). Il risquait même sa vie pour ses brebis. Dans sa jeunesse, David a sauvé son troupeau de bêtes féroces, dont un lion et un ours. De l’un comme de l’autre il dit ceci : “ Je l’ai saisi par sa barbe, je l’ai abattu et je l’ai mis à mort. ” (1 Sam. 17:34, 35). Quel courage il lui a fallu ! Il a dû voir de près les crocs de ces animaux ! Il n’a pourtant pas renoncé à secourir ses brebis.

7. Comment les anciens peuvent-ils, figurément parlant, arracher les brebis de la gueule du Diable ?

7 Aujourd’hui, il est impératif que les anciens soient vigilants, car le Diable, tel un lion, s’attaque au troupeau de Dieu. Il leur faut du courage pour, figurément parlant, arracher les brebis de sa gueule. Ils doivent parfois faire raisonner les chrétiens imprudents qui se laissent séduire par les pièges de Satan. (Lire Jude 22, 23.) Évidemment, pour y parvenir, ils ont besoin du soutien de Jéhovah. Quand une brebis est blessée, ils s’en occupent avec tendresse, la bandent et lui appliquent le baume apaisant de la Parole de Dieu.

8. Vers quoi les anciens dirigent-ils leurs compagnons, et comment procèdent-ils ?

8 Le berger des temps anciens conduisait aussi son troupeau vers de bons pâturages et des points d’eau. Suivant ce modèle, les anciens dirigent leurs compagnons vers la congrégation, les encourageant à assister régulièrement aux réunions afin qu’ils soient correctement alimentés et qu’ils reçoivent “ leur nourriture en temps voulu ”. (Mat. 24:45.) Peut-être doivent-ils consacrer davantage de temps à une brebis spirituellement malade pour l’aider à accepter la “ nourriture ” tirée de la Parole de Dieu. Si une brebis égarée cherche à rejoindre le troupeau, les anciens, loin d’user d’intimidation, lui expliquent alors avec douceur les principes bibliques et lui montrent comment les appliquer dans sa vie.

9, 10. De quelle façon les anciens doivent-ils s’occuper de ceux qui sont spirituellement malades ?

9 Quel genre de médecin préférez-vous consulter lorsque vous êtes malade ? Celui qui vous écoute à peine et s’empresse de vous prescrire des médicaments pour passer au malade suivant ? Ou bien celui qui vous écoute jusqu’au bout, vous explique la cause de votre mal et vous propose différents traitements ?

10 Sachant cela, les anciens écoutent le chrétien spirituellement malade pour l’aider à guérir de ses blessures, une manière pour eux de “ l’endui[re] d’huile au nom de Jéhovah ”. (Lire Jacques 5:14, 15.) Comme le baume de Guiléad, la Parole de Dieu a des vertus apaisantes (Jér. 8:22 ; Ézék. 34:16). L’application des principes bibliques permettra à celui qui est chancelant de retrouver son équilibre spirituel. Les anciens font beaucoup de bien quand ils prennent le temps d’écouter les soucis de quelqu’un qui souffre et quand ils prient avec lui ».

Les leaders chrétiens doivent paitre le troupeau de Dieu non pas par crainte, mais de bon gré.

« 11 Pierre rappelle ensuite aux anciens comment ils doivent faire paître le troupeau de Dieu : “ non par contrainte, mais de bon gré ”. Qu’est-ce qui les incite à servir leurs frères de bon gré ? Voyons, qu’est-ce qui poussait Pierre à faire paître et à nourrir les brebis de Jésus ? C’était notamment l’affection et l’amour qu’il portait au Seigneur (Jean 21:15-17). C’est aussi leur amour pour Christ qui amène les anciens à ‘ ne plus vivre pour eux-mêmes, mais pour celui qui est mort pour eux ’. (2 Cor. 5:14, 15.) Cet amour, combiné à leur amour pour Dieu et pour leurs frères, les “ oblige ” à se mettre au service de la congrégation, à lui consacrer temps, efforts et ressources (Mat. 22:37-39). Ils donnent de leur personne, non à contrecœur mais de bon gré. »

L’apôtre Pierre exhorte les bergers à paitre le troupeau de Dieu, non par amour d’un gain malhonnête, mais avec ardeur. Ne commandant pas en maîtres, mais étant des exemples. La Bible a prédit qu’il y aurait de l’ivraie et le bon grain, qu’il y aurait des mercenaires qui se comporteront en bergers, alors qu’ils sont des loups prêts à dévorer les moutons. Nul n’est besoin d’être un expert ou un observateur avisé pour réaliser qu’au sein de notre communauté, la majorité des leaders chrétiens ne pensent qu’à faire du fric. Dans les églises protestantes, certains pasteurs croient qu’ils investissent leur argent, leurs connaissances et leur temps pour monter un business rentable qui doit passer de père en fils. Nous sommes loin l’évangile qui parle de dons, de l’amour agape, de consécration, de mission destinée à des hommes et à des femmes consacrés. Dans un pays pauvre comme Haïti, l’Eglise devrait être un levier de changement. Les leaders chrétiens devraient être des agents de changement. Les leaders chrétiens devraient mettre leurs talents, leurs savoirs et leurs expériences au service des fidèles et de la communauté, et faire le bien.

Les leaders religieux devraient veiller non seulement à la bonne marche spirituelle des fidèles, à leur formation, mais aussi à leurs conditions matérielles d’existence. Ce n’est pas possible qu’il y ait des pauvres au sein des églises, alors que leur compte bancaire est bien garni. Les leaders chrétiens oublient ce qu’est la charité. Le pape Benoit XVI a longuement parlé de la charité dans son dernier message de carême comme Pape en 2013. Quand l’apôtre Paul parle de l’amour filial et agape, il parle bien de charité. Le leader chrétien, même limité devrait s’entourer de gens capables et devrait être en mesure de diriger en un vrai chef d’entreprise, un leader d’exécution, un éducateur qui aide les autres à actualiser leur potentiel. Les leaders chrétiens en Haïti et dans la diaspora ont du pain sur la planche. Il ne s’agit pas de construire des méga églises, mais il faut veiller à la formation spirituelle des fidèles et un pasteur, un prêtre devrait être en mesure de connaitre chacun de ses fidèles à un certain niveau. Si les leaders chrétiens étaient désintéressés dans leur cheminement spirituel comme bergers, ils auraient encouragé et prié pour que Dieu puissent former de nombreux ouvriers puisque la moisson est grande. Il n’y aurait pas de compétition entre les pasteurs, les prêtres, les églises et les paroisses. Les catholiques et les protestants feraient l’unité dans la diversité. Il y aurait nécessité de promouvoir un irénisme religieux. Le peuple périt, faute de connaissance. Il ne pourra pas avoir de renouveau en Haïti sans un changement de paradigme, un changement de cœur de la part des leaders chrétiens haïtiens. Le pastorat et la prêtrise doivent être un sacerdoce. Etre prêtre, être pasteur n’est pas qui veut, mais qui peut et qui a reçu l’appel et l’onction divine. Le renouveau doit venir d’abord du clergé chrétien.

On peut penser que nous prêchons dans le désert comme Jean Baptiste, mais nous croyons que cette parole prononcée finira par faire son petit bonhomme de chemin et nous verrons certains fruits dans un avenir pas trop lointain. La prière est la meilleure connexion sans fil au monde. Nous devons prier Dieu pour un changement de cœur au sein du clergé chrétien haïtien. Rien n’est impossible à Dieu. Plusieurs parlent de prophéties pour Haïti. Les prophéties ne s’accompliront pas si le peuple ne peut pas entendre la parole de Dieu pour se détourner des mauvaises voies et marcher à pas joyeux sur les traces du Christ. Tout ce qui est caché doit être vérité. La vérité sur les mystères de Dieu, sur l’origine du monde, sur l’origine et le destin du peuple haïtien finira par être établie et sera connue de tous. Il y a une campagne ces jours-ci qui est menée contre la personne de Jésus-Christ. Certains parlent d’invention de l’Eglise Catholique, certains disent que Jésus était un prophète ; mais ce que nous savons du tréfonds de notre âme c’est que Jésus a émulé le Christ et a racheté l’humanité par le sacrifice de la croix. Les satanistes lucifériens peuvent faire ce qu’ils veulent, mais ils ne pourront jamais faire mentir notre subconscient, cette connexion directe que nous avons avec le créateur de toute vie et de tout souffle, l’agneau immolé. Nous encourageons les leaders chrétiens haïtiens à prendre leurs responsabilités pour enfin paitre le troupeau de Dieu. Que la paix soit sur le monde, que la paix soit sur Haïti. Shalom à tous !

Kerlens Tilus 12/06/2017

Futurologue/ Templier de Dieu

Snel76_2000@yahoo.com

Tel : 631-639-0844

1 thought on “De la responsabilité des LEADER chretiens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2023 LakayInfo. Tous droits réservés. Contact : lakayinfo47@gmail.com WhatsApp : +509 36.67.32.49 | Newsphere by AF themes.

En savoir plus sur

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading