27 mai 2024

Et si les États-unis avaient exporté ce modèle de démocratie vers Haiti ?

3 min read

La Roumanie compte 20 millions d’habitants et les États-Unis seize fois plus. La Roumanie ne pèse guère sur la scène internationale alors que les États-Unis sont la première puissance économique et militaire du monde. Aujourd’hui, ces deux pays nous donnent une formidable leçon de démocratie, en s’attaquant, au nom du droit, en novembre 2019 au mandat donnant pouvoir et autorité à Donald Trump (Washington) et, en décembre 2019 à celui de Klaus Iohannis (Bucharest).

En démocratie, la seule voie conduisant au pouvoir est celle des élections, cependant, pour y rester, elles ne représentent pas tout.

En démocratie, un pouvoir élu ne peut agir que dans le cadre des lois républicaines et de la constitution en vigueur.

En démocratie, il y a le principe de la séparation des pouvoirs permettant à chaque branche du pouvoir de limiter l’autre.

En démocratie, la presse représente un quatrième pouvoir tantôt relatif. Cette presse libre et indépendante est le garant de la liberté d’expression et des autres acquis démocratiques. Elle surveille, dénonce, forme, infome, commente en toute quiétude.

En démocratie, il y a la liberté d’association qui exerce le Droit à la liberté d’expression sous d’autres formes comme le Droit des citoyens de manifester afin d’exprimer leurs griefs et rejets d’un système quelconque.

Il n’y a pas de démocratie sans contre pouvoir c’est-à-dire une Opposition forte.

Sans contre pouvoir effectif une démocratie devient automatiquement une démocrature c’est-à-dire une dictature qui, comme en Russie, présente certaines caractéristiques de la démocratie.

À Bucharest, en 5 jours de manifestations puissantes, les Roumains ont contraint leur nouveau gouvernement à annuler un décret qui visait à affaiblir une législation Anti-corruption et s’affranchir ainsi des poursuites judiciaires.

Ce gouvernement a été considérablement ébranlé dans toutes ses assises, aux États-Unis, c’est un juge fédéral, le pouvoir judiciaire, qui a infligé un sérieux revers à Donald Trump, en bloquant l’application de son décret relatif à la fermeture des frontières au ressortissants d’un pays essentiellement musulman , même ceux qui étaient munis d’un permis de séjour ou visa en règle.

« Ilegal! Contraire à la constitution » a déclaré ce magistrat-conservateur nommé par Georges Bush et attaché à l’État de droit , fondement de la démocratie.

Ce n’est que le début d’une longue bataille judiciaire qui devrait maintenant aller jusqu’à la cour suprême et connaître plus de rebondissements .

Mais la démocratie américaine vient de démontrer sa vitalité et Donald Trump en est tellement éberlué qu’il en est à parler d’un soi-disant juge et a dénoncé le pouvoir judiciaire comme institution contraire à la sécurité nationale.

Haiti, peut-être, ne mérite pas cette démocratie car, pour ce régime le peuple n’est important que dans la période des élections, mais sa souffrance et ses demandes ne comptent pas pour les dirigeants ni pour les pays membres de l’ONU, particulièrement les États-Unis pays de la Démocratie.

Blaise Robelto Flanky

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2023 LakayInfo. Tous droits réservés. Contact : lakayinfo47@gmail.com WhatsApp : +509 36.67.32.49 | Newsphere by AF themes.

En savoir plus sur

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading