13 juin 2024

Déportation: Suite au dévastateur cyclone Dorian, les autorités Bahaméennes menacent d’expulser tous les haïtiens en situation irrégulière.-

4 min read

Les Haïtiens sont quotidiennement menacés d’expulsion vers leur pays par les autorités des Bahamas après avoir été le groupe qui a le plus souffert de l’ouragan Dorian à travers l’archipel de l’Atlantique l’été dernier. Les autorités des Bahamas ont fait état mercredi de l’arrestation de 39 citoyens haïtiens dans l’archipel de l’Atlantique Sud, 26 hommes et 13 femmes trouvés sur l’île de Great Inagua, une nouvelle interception qui met en lumière le drame de ce groupe, qui pour le passé ans est devenu la principale colonie étrangère.

Un autre groupe de 58 immigrants haïtiens sans papiers a été arrêté dans une clé près d’Isla Grande en novembre, dans le cadre d’une vague d’immigration qui tente de sortir de la pauvreté dans leur pays d’origine malgré le fait que les autorités de Nassau sont déterminées à mettre fin à une une immigration irrégulière de plus en plus difficile aux Bahamas.

Les Haïtiens considèrent toujours les Bahamas comme la terre promise, beaucoup ne sachant pas que les autorités de Nassau ont annoncé leur engagement à expulser tous les citoyens de ce pays qui n’ont pas l’autorisation correspondante.

Le point tournant pour les Haïtiens des Bahamas a été le passage de l’ouragan Dorian à travers l’archipel de l’Atlantique au début du mois de septembre dernier, qui a provoqué des dommages pour 7 000 millions de dollars et plus de 1 000 personnes portées disparues, de nombreux Haïtiens qui ils vivaient dans des zones d’habitation construites sans autorisation dans les Abaco et Grand Bahama, dans le nord-ouest du pays.

Les autorités de Nassau ont profité du fait qu’un nombre important de personnes affectées dans ces deux groupes d’îles étaient des Haïtiens sans permis de séjour pour annoncer la démolition de constructions illégales et l’expulsion de quiconque reste sur les terres des Bahamas sans autorisation, ce qui affecte principalement Des gens de l’ancienne colonie française.

Le resserrement de l’application des lois sur l’immigration a conduit de nombreux Haïtiens à se retrouver en prison pour des délits mineurs liés à la violation des réglementations locales en matière d’immigration.

Le diplomate haïtien Dorval Darlier est intervenu pour demander au gouvernement de ne pas emprisonner les citoyens de son pays condamnés pour des délits mineurs liés au droit de l’immigration, en plus de suggérer qu’ils soient emmenés dans des centres de détention avant d’être rapatriés.

L’affaire a franchi les frontières des Bahamas pour parvenir au Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH), basé à Genève, qui a demandé à l’administration du Premier ministre, Hubert Minnis, de suspendre les expulsions.

Après le passage de l’ouragan Dorian, l’administration Minnis a immédiatement interdit la levée de nouveaux bâtiments irréguliers aux Bahamas, où la plupart de ses colons sont haïtiens.

Les militants des droits de l’homme ont dénoncé que le gouvernement de Nassau ne pouvait pas utiliser l’ouragan Dorian comme excuse pour retirer les droits des personnes qui avaient autrefois élu domicile ces bâtiments non réglementés.

Le gouvernement avait donné aux résidents des sous-quartiers de l’île de New Providence jusqu’au 10 août 2018 pour les quitter avant leur démolition, tandis que les résidents des bidonvilles de l’île d’Abaco avaient la limite finale Juillet dernier

Derrière la politique de «tolérance zéro» envers les immigrants haïtiens en situation irrégulière aux Bahamas, il y a une détermination non dissimulée de l’exécutif du Minnis à réduire les dépenses sociales des Haïtiens à un moment où les conséquences de Dorian devraient causer baisse des réservations hôtelières dans la nouvelle saison touristique qui connaît son apogée dans la région entre décembre et avril.

La prévision de la baisse des devises pour le tourisme, principale source de revenus du pays, a favorisé une politique de non-tolérance à l’égard des immigrants irréguliers de plus en plus perçue dans le pays comme un fardeau pour la poche du contribuable.

Ces dernières années, les Haïtiens sont devenus partie intégrante de la vie des Bahamas en faisant partie de leur main-d’œuvre, en particulier dans les emplois peu qualifiés tels que les femmes de ménage, les jardiniers ou le personnel de cuisine.

Le ministre de l’Immigration des Bahamas, Elsworth Johnson, a nié que le gouvernement tente de marginaliser les Haïtiens et a déclaré qu’il s’agissait d’appliquer la loi du pays et de protéger la population contre les actes criminels.

« Nous appliquons la loi conformément aux normes internationales », a déclaré le responsable, après avoir rappelé que pendant trois mois après l’ouragan Dorian, les déportations ont été interrompues.

La décision de Nassau ne s’est pas bien passée en Haïti, dont des centaines de rapatriés à leur arrivée dans leur pays ont rapporté comment ils avaient été interceptés lors d’opérations menées au milieu de la nuit pour être détenus entre 10 et 30 jours avant d’être expulsés.

Pendant ce temps, les Haïtiens étaient toujours surpeuplés dans certains gymnases et autres installations qui ont perdu leur maison après l’ouragan.

Les dernières données disponibles du recensement des Bahamas indiquent que sur une population totale d’environ 350 000 personnes, 39 000 sont d’origine haïtienne.

Blaise R.F

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2023 LakayInfo. Tous droits réservés. Contact : lakayinfo47@gmail.com WhatsApp : +509 36.67.32.49 | Newsphere by AF themes.

En savoir plus sur

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading