27 mai 2024

L’époussetage d’un vieil accord de paix peut-il empêcher la Russie d’envahir l’Ukraine ? Voici ce qu’il faut savoir.-

6 min read
Les derniers pourparlers entre les dirigeants de l'Ukraine, de la Russie, de la France et de l'Allemagne sur l'accord ont eu lieu en 2019.

Par David L. Stern et Robyn Dixon 

KIEV, Ukraine – Au milieu de l’effort mondial visant à dissuader la Russie d’envahir éventuellement l’Ukraine, la France a dépoussiéré un accord de paix au point mort qui pourrait offrir une issue.

L’accord de paix de Minsk, conclu en 2015 entre la Russie et l’Ukraine, était censé mettre fin au conflit dans l’est de l’Ukraine qui a éclaté un an plus tôt lorsque les séparatistes soutenus par la Russie ont pris les armes. Il n’a pas arrêté les combats ni résolu la crise.

Les derniers pourparlers entre les dirigeants de l’Ukraine, de la Russie, de la France et de l’Allemagne sur l’accord ont eu lieu en 2019.

Alors pourquoi le ranimer maintenant ?

Qu’est-ce que l’accord de paix de Minsk ?

CE QU’IL FAUT SAVOIR

Qu’est-ce que l’accord de paix de Minsk ?

C’est une feuille de route pour mettre fin aux combats entre les forces ukrainiennes et les militants soutenus par la Russie dans deux régions séparatistes de l’est du pays. L’accord porte le nom de la capitale biélorusse, où les pourparlers menant à l’accord ont eu lieu.

Selon ses termes, l’Ukraine doit donner aux deux régions une autonomie significative en échange de la reprise du contrôle de sa frontière avec la Russie. Les responsables ukrainiens et occidentaux et les analystes indépendants disent que la Russie a armé et soutenu les séparatistes pro-Moscou. La Russie le nie.

Les Ukrainiens n’aiment pas tellement l’accord de Minsk que les responsables de Kiev ont récemment averti que sa mise en œuvre aux conditions de la Russie pourrait déclencher des émeutes et le chaos. Si c’est le cas, ce genre d’instabilité pourrait donner à la Russie un moment idéal pour renverser le gouvernement de tendance occidentale ou envahir.

Le président russe Vladimir Poutine s’est moqué de cela : « Comme ça ou non, ma beauté, vous devez la supporter », a-t-il déclaré le 7 février, une remarque adressée à l’Ukraine qui a été critiquée pour son ton brut. (Il a par la suite nié toute intention d’insulter.)

Le président français Emmanuel Macron a appelé à « mettre en œuvre résolument les accords de Minsk jusqu’au bout », lorsqu’il s’est rendu à Kiev le 1er février. 8. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a publiquement accepté.

Quand a-t-il été signé ?

L’accord initial, signé en septembre 2014, a éclaté immédiatement. La deuxième version a été signée en février 2015 après que les séparatistes eurent encerclé des forces ukrainiennes désespérées dans la ville orientale de Debaltseve.

Deux dirigeants européens de l’époque – le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel – se sont envolés pour Minsk pour rencontrer le président ukrainien de l’époque Petro Porochenko et Poutine. Leur but était d’éviter un bain de sang.

Les pourparlers ont été « durs et émotionnels », a déclaré le Kremlin. Ils ont duré 16 heures et ont failli tomber en panne à divers moments, selon des rapports. Les négociateurs ont conclu un accord en 13 points, appelé Minsk II, comprenant un cessez-le-feu, la libération des prisonniers de guerre et le retrait du matériel militaire de la ligne de front.

Est-ce que ça a marché ?

Dès la signature de l’accord, il a été critiqué. D’une part, il n’a pas réussi à arrêter l’effusion de sang. Près de 14 000 personnes sont mortes depuis le début des combats en 2014.

Le libellé du document se trouve dans des endroits ouverts à l’interprétation, ce qui permet à Moscou de faire pression pour un règlement à ses propres conditions.

Il y a eu quelques succès. Au lieu de s’intensifier, la guerre a jailli. Il y a eu quelques échanges de prisonniers.

Mais le conflit reste une plaie ouverte qui mine la sécurité de l’Ukraine. C’est une source continue de tension qui pourrait continuer à déclencher des crises comme celle actuelle entre la Russie, l’Ukraine et l’OTAN.

Que dit l’Ukraine ?

De nombreux Ukrainiens craignent que l’accord de Minsk ne permette à Moscou de réaffirmer sa domination sur l’Ukraine.

Il oblige l’Ukraine à donner aux deux régions séparatistes un statut spécial, y compris leur propre milice. Les critiques ukrainiens considèrent cela comme un cheval de Troie pour inverser le changement pro-occidental de l’Ukraine et même tenter d’installer un nouveau gouvernement pro-Moscou.

Le Mouvement de résistance à la capitulation, l’un des principaux groupes opposés à l’interprétation russe de l’accord de Minsk, a menacé de mobiliser des manifestations de masse s’il y a des compromis, tels que des pourparlers directs avec les séparatistes.

Que dit la Russie ?

La Russie affirme qu’elle n’a jamais été partie à la guerre. Il insiste sur le fait que le premier pas en avant doit venir de Kiev : d’abord, les régions séparatistes doivent avoir une autonomie, puis des élections pourraient avoir lieu. Et ce n’est qu’alors que l’Ukraine reprendra le contrôle de sa frontière avec la Russie.

Kiev dit que l’ordre des événements devrait être exactement le contraire.

Les responsables russes accusent l’Ukraine de refuser de remplir ses obligations et exigent que Kiev négocie directement avec les séparatistes.

Pendant ce temps, Moscou a délivré plus de 600 000 passeports russes dans les régions séparatistes, convertissant les Ukrainiens en citoyens russes, compliquant les efforts de paix.

En décembre, le parti Russie unie de Poutine a oint les deux dirigeants séparatistes en tant que membres du parti. Denis Pushilin, chef de la République populaire séparatiste de Donetsk, a déclaré que c’était la preuve que le parti de Poutine considérait les régions comme « partie de la grande Russie ».

Pourquoi les diplomates pensent-ils que l’accord de paix peut fonctionner maintenant ?

Alors que les responsables américains avertissent que la Russie pourrait attaquer l’Ukraine à tout moment, Kiev subit des pressions pour avaler l’accord de paix impopulaire plutôt que de risquer potentiellement de perdre plus de territoire et de vies. Les responsables européens disent qu’il faudra du temps et du travail acharné.

Jusqu’à présent, rien n’indique que l’accord puisse être relancé. Les récents pourparlers marathon à Paris et à Berlin n’étaient pas d’accord sur la voie à suivre.

L’Ukraine reste réticente à accepter les conditions de la Russie. Oleksiy Danilov, secrétaire du Conseil ukrainien de sécurité nationale et de défense, a déclaré à l’Associated Press que le respect des accords de Minsk signifierait la « destruction » de l’Ukraine.

« Ce que Poutine sait (et l’Occident n’a pas encore compris), c’est que toute initiative de l’Ukraine visant à reconnaître officiellement une sorte d’« indépendance » pour le Donbass déclenchera des manifestations de masse à travers l’Ukraine », a écrit Oleksandr Danylyuk, l’ancien chef du conseil de sécurité et de défense, dans un

Même si les pourparlers aboutissaient à un accord, rien ne garantit que Zelensky, le président ukrainien, pourrait faire adopter un accord impopulaire par l’intermédiaire du parlement.

Dixon a fait rapport de Moscou.

2 thoughts on “L’époussetage d’un vieil accord de paix peut-il empêcher la Russie d’envahir l’Ukraine ? Voici ce qu’il faut savoir.-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2023 LakayInfo. Tous droits réservés. Contact : lakayinfo47@gmail.com WhatsApp : +509 36.67.32.49 | Newsphere by AF themes.

En savoir plus sur

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading