13 juin 2024

Macron condamne et demande des «sanctions européennes ciblées»

2 min read
Quelques heures plus tôt, l’Union européenne, qui a plusieurs fois menacé d’imposer de lourdes sanctions économiques contre Moscou en cas d’agression militaire, s’était déjà dite « prête à agir » si le président russe suivait la voie de la reconnaissance. Bref, « la situation reste très dangereuse » et toutes les parties avancent sur « un chemin de crête », admet un conseiller d’Emmanuel Macron.

Le chef de l‘Etat, qui s’est fortement impliqué pour jouer les médiateurs entre la Russie et les Etats-Unis, a réagi après la décision brutale du président russe.

Par Olivier Beaumont Le 21 février 2022 à 22h19

LP / Olivier Corsan
LP / Olivier Corsan

Une « violation unilatérale des engagements internationaux de la Russie et une atteinte à la souveraineté de l’Ukraine. » Emmanuel Macron a condamné lundi soir la reconnaissance de l’indépendance des régions séparatistes par Moscou à l’issue d’un Conseil de défense convoqué en urgence. Selon un communiqué de l’Elysée, le président français demande des « sanctions européennes ciblées » ainsi qu’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité.

Voilà des jours qu’Emmanuel Macron s’échine à jouer les médiateurs entre la Russie et les États-Unis. Dans la nuit de dimanche à lundi, la présidence de la République pensait même avoir fait le plus dur en laissant entrevoir la possibilité d’une rencontre Poutine-Biden dans les prochains jours à l’occasion d’un sommet potentiellement synonyme de désescalade. Scénario démenti dans les heures qui ont suivi par le Kremlin. « Il y a une entente sur le fait de devoir continuer le dialogue. Parler de plans concrets d’organisation de sommets est prématuré », a renvoyé le porte-parole Dmitri Peskov. Un coup dur pour le chef de l’Etat français.

« Nous faisons nos derniers efforts, nos efforts les plus intenses pour éviter le pire (…), c’est à cela que le président de la République s’est employé au cours du week-end », s’est défendu hier, en fin de matinée, son entourage, tout en pensant qu’un sommet entre les présidents russe et américain était encore « possible » en fonction des intentions de Vladimir Poutine.

« La situation reste très dangereuse »

Mais l’annonce par ce dernier, dans un très long discours, de reconnaître contre toute attente l’indépendance des régions séparatistes prorusses de l’est de l’Ukraine est venue doucher les espoirs occidentaux. C’est d’ailleurs cette décision qui a poussé le chef de l’État français à convoquer un Conseil de défense pour faire le point sur cette nouvelle situation, avant d’enchaîner un appel conjoint avec le président Biden et le chancelier Scholz pour envisager un durcissement de ton vis-à-vis de la Russie. 

Quelques heures plus tôt, l’Union européenne, qui a plusieurs fois menacé d’imposer de lourdes sanctions économiques contre Moscou en cas d’agression militaire, s’était déjà dite « prête à agir » si le président russe suivait la voie de la reconnaissance. Bref, « la situation reste très dangereuse » et toutes les parties avancent sur « un chemin de crête », admet un conseiller d’Emmanuel Macron.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2023 LakayInfo. Tous droits réservés. Contact : lakayinfo47@gmail.com WhatsApp : +509 36.67.32.49 | Newsphere by AF themes.

En savoir plus sur

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading