27 février 2024

700 haïtiens sont rapatriés quotidiennement dans la zone frontalière.-

3 min read

Le commandant général de l’armée de la République dominicaine, Estanislao Gonell Regalado, a déclaré hier avoir renforcé les provinces frontalières d’Haïti avec des membres de la Police nationale et des unités navales et de zone dans les parties nord et sud, ce qui garantira le faible flux de migrants haïtiens.

Le général a ajouté que jusqu’à présent ce mois-ci, ils ont rapatrié environ 300 à 700 Haïtiens par jour sur les quatre principaux points: Jimaní, Dajabón, Elias Piña et Pedernales.

Le général a souligné que l’entrée des migrants dans le pays pour ces dates de Noël est massive, mais qu’ils ne pourront y entrer que légalement.

« Nous empêcherons les Haïtiens de toujours entrer dans notre pays à la fin et au début de l’année, seuls ceux qui auront leurs papiers passeront », a expliqué Gonell.

Il a qualifié la crise en Haïti de « situation délicate » tout en signalant que les marchés de la zone frontalière ne sont pas gênants.

«Tout se passe normalement… il y a un bon flux et une bonne vente de chacun, à la fois dominicain et haïtien; En ce moment, la frontière est totalement calme », a déclaré le commandant.

Dans la barrière frontalière, il y a généralement 600 hommes, qui seront dupliqués avec des membres de la police nationale et des autres institutions des forces armées.

Au total, 9 700 soldats resteront jusqu’à la fin janvier dans la partie sud et nord, ce qui garantira que les Haïtiens ne pénétreront pas illégalement dans le pays à la fin de l’année et la nouvelle année, selon les informations fournies par le général.

En outre, il a indiqué que la frontière est maintenue sans aucun inconvénient jusqu’à présent et que les marchés frontaliers fonctionnent normalement, compte tenu de la situation à laquelle est confrontée Haïti.

Situation d’Haïti

À la fin août de l’année 2019, des centaines d’Haïtiens sont descendus dans la rue pour protester contre le manque de carburant. Cela a généré une série de soulèvements et de vandalismes dans le pays. Haïti a été plongé dans une grave crise politique qui a contraint les autorités à fermer des écoles et d’autres institutions publiques.

L’opposition politique appelle à la démission de l’actuel président, Jovenel Moise, qu’ils ont accusé de corruption. Cependant, le président ne donne aucune indication d’abandon du pouvoir.

Le ministre des Affaires étrangères de la République dominicaine, Miguel Vargas, a déclaré le 11 décembre dernier: «Il faut empêcher Haïti de tomber dans une spirale de chaos total, dont il faudrait des années pour se remettre. Les urgences majeures se concentrent sur l’insécurité alimentaire et les problèmes de santé. »

En outre, Vargas a déclaré que l’instabilité du territoire haïtien rend difficile pour les organisations internationales de les aider. Il a également ajouté qu’environ quatre millions d’Haïtiens souffrent de la faim.

En novembre, le Fonds monétaire international (FMI) a indiqué que la crise en Haïti était sans précédent.

Les blocages répétés dans le pays entre 2018 et 2019 ont eu un impact négatif sur l’économie du pays, augmentant l’inflation à 20%.

Haïti voisin reste dans un état d’incertitude pour l’année 2020 et sans signe d’amélioration.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2023 LakayInfo. Tous droits réservés. Contact : lakayinfo47@gmail.com WhatsApp : +509 36.67.32.49 | Newsphere by AF themes.

En savoir plus sur

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading