27 mai 2024

L’opposition kényane s’oppose au déploiement de l’armée au Kenya en Haïti.-

Les législateurs de l’opposition kenyanes affirment que la mission de maintien de la paix en Haïti doit être approuvée par le parlement

Les législateurs kenyans ont déclaré mercredi que l’approbation parlementaire était nécessaire avant le déploiement de la police dans la mission de maintien de la paix dirigée par le Kenya en Haïti pour lutter contre la violence des gangs qui a été approuvée par l’ONU. Conseil de sécurité cette semaine.

Le législateur de l’opposition Anthony Oluoch a déclaré à une session de la chambre basse du Parlement que les conditions de déploiement à l’étranger n’avaient pas été remplies en vertu de la loi sur la police nationale.

Il a également déclaré que les besoins de sécurité du pays « devaient avoir la priorité sur tout engagement étranger », faisant allusion aux attaques internes du groupe extrémiste al-Shabab basé en Afrique de l’Est, qui a des liens avec Al-Qaïda.

Un autre législateur, Junet Mohamed, a déclaré que la question devrait être déposée au Parlement pour approbation « avant qu’un policier ne quitte le pays » pour ce qu’il a appelé une « mission dangereuse », citant l’inexpérience des policiers kenyans dans la lutte contre la criminalité locale.

AUTRES NOUVELLES

La mission de maintien de la paix dirigée par le Kenya en Haïti a été approuvée par un U. La résolution du Conseil de sécurité de lundi et le président kenyan William Ruto se sont engagés à « ne pas faire échouer le peuple d’Haïti ».

États-Unis Le président Joe Biden a remercié mercredi Ruto d’avoir « répondu à l’appel d’Haïti à servir de nation chef de file de la mission multinationale de soutien à la sécurité (MSS) », selon une lecture de leur appel.

La Constitution kenyane stipule que l’approbation parlementaire doit être demandée avant le déploiement d’une force nationale et que les missions de maintien de la paix précédentes par l’armée ont fait l’objet de cette approbation. Mais il n’est pas clair si ce déploiement de policiers peut être défini comme une force nationale.

Le président du comité de défense de l’Assemblée nationale, le législateur Nelson Koech, a déclaré à l’Associated Press dans une interview téléphonique que la question serait probablement déposée devant un comité mixte qui comprend le comité de sécurité nationale avant de se rendre au parlement pour approbation.

Il a déclaré que la police kenyane est compétente et peut gérer la mission car « la situation en Haïti n’est pas la guerre, mais la violence des gangs ».

Koech a déclaré que les besoins de sécurité intérieure du pays ne devraient pas l’empêcher de contribuer aux missions mondiales de maintien de la paix et qu’il était « moralement juste » d’aider à rétablir la paix en Haïti.

Le chef de la majorité, Kimani Ichung’wah, a déclaré que le pays devrait « agir comme faisant partie de la communauté des nations » parce qu’Haïti est dans le besoin maintenant et qu’il pourrait être le Kenya à l’avenir.

La mission dirigée par le Kenya serait la première fois en près de 20 ans qu’une force serait déployée en Haïti. Une mission de l’ONU en 2004 s’est terminée en 2017.

La prochaine mission serait dirigée par le Kenya, la Jamaïque, les Bahamas et Antigua-et-Barbuda faisant également des promesses de personnel. La mission non-ONU serait examinée après neuf mois et serait financée par des contributions volontaires, les États-Unis s’engageant jusqu’à 200 millions de dollars.

Le ministre kenyan des Affaires étrangères, Alfred Mutua, a déclaré lundi que le déploiement se produirait « dans un court laps de temps ».

Plus tôt, Mutua avait déclaré que le Kenya attendait le vote au Conseil de sécurité, mais que la planification logistique était en cours et que les principaux officiers kenyans prenaient des leçons de français pour surmonter la barrière linguistique entre les Kenyans et les Haïtiens.

Source: AP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2023 LakayInfo. Tous droits réservés. Contact : lakayinfo47@gmail.com WhatsApp : +509 36.67.32.49 | Newsphere by AF themes.

En savoir plus sur

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading