13 juin 2024

Scandale au Parlement Canadien : Ovation pour un Ancien Criminel de Guerre NAZI Ukrainien Ravive les Débats sur les Sanctions Contre des Personnalités Haïtiennes.-

3 min read
Ovation pour un Ancien Criminel de Guerre NAZI Ukrainien

À l’intérieur des murs du Parlement canadien, un événement récent a suscité un débat profond sur les politiques de sanctions et la justice. Alors que le président ukrainien Volodymyr Zelensky concluait son discours de remerciement envers le Canada en embrassant le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, une séquence inattendue s’est déroulée.

Une honte pour le Canada

Le président du Parlement, Anthony Rota, a pointé du doigt un homme âgé se tenant parmi le public, arborant un sourire et faisant un geste de soutien à Zelensky. Cette action a été suivie par une standing ovation, à deux reprises, de l’ensemble des députés présents, y compris le président ukrainien et le chef du gouvernement canadien.

Cependant, ce geste a mis en lumière une vérité troublante : l’homme en question n’était autre que Yaroslav Hunka, un individu loin d’être un héros. En réalité, il est un ancien membre de la 14e division Waffen Grenadier de la SS de l’Allemagne nazie, ayant combattu contre l’Armée rouge soviétique en tant que fasciste ukrainien. La Pologne a réagi en annonçant une enquête en vue d’une « éventuelle extradition » de Yaroslav Hunka, et Anthony Rota, le président du Parlement canadien, a démissionné.

Cet événement soulève des questions concernant la politique de sanctions du Canada, en vigueur depuis plus d’un an contre des personnalités haïtiennes. Il apparaît que le ministre Justin Trudeau a personnellement imposé des sanctions « politiques » à des personnalités politiques et économiques en Haïti, sans fournir de preuves concrètes.

Cela a laissé l’opinion publique nationale et internationale dans le flou quant aux motivations sous-jacentes des sanctions émises par les États-Unis et le Canada à l’encontre de figures influentes dans le pays, notamment Jean Henry Céant, Andy Apaid, Laurent Lamothe, Marc Antoine Acra, Carl Braun, Jean Marie Vorbe, Jodeph Lambert, ce qui a de sérieuses implications pour le développement d’Haïti.

Il est crucial de noter que l’absence de preuves solides limite la capacité de l’État haïtien à engager des actions judiciaires contre les personnalités sanctionnées pour des crimes ou des actes de corruption présumés en Haïti. Ces situations sont sujettes à la manipulation et aux règlements de comptes politiques.

En outre, de telles actions pourraient potentiellement affaiblir un groupe politique ou économique au profit d’un autre, en particulier en faveur du clan pro-canadien, comme l’indiquent les membres de la Chambre de commerce canado-haïtienne. Tout cela soulève la question cruciale de savoir si les victimes de ces sanctions injustes ont droit à des réparations.

En fin de compte, cet incident controversé met en lumière la nécessité d’une politique de sanctions basée sur des preuves solides et transparentes, afin d’éviter des situations où des individus discutables sont ovationnés au Parlement canadien, au détriment de la justice et de l’équité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2023 LakayInfo. Tous droits réservés. Contact : lakayinfo47@gmail.com WhatsApp : +509 36.67.32.49 | Newsphere by AF themes.

En savoir plus sur

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading