15 juillet 2024

La Corée du Nord défie la stabilité tégionale en tirant un missile balistique Intercontinental.-

4 min read

intercontinental à combustible solide en direction de la mer de l’Est, également connue sous le nom de mer du Japon. Ce type de missile peut traverser plus de 15 000 kilomètres, selon Tokyo, ce qui signifie qu’il peut atteindre n’importe quel endroit du Japon et des États-Unis. Séoul et Washington condamnent fermement ce nouveau tir.

La Corée du Nord a tiré dimanche un missile balistique de courte portée en direction de la mer de l’Est, également connue sous le nom de mer du Japon, a affirmé l’armée sud-coréenne.

« Nos forces armées ont détecté un missile balistique de courte portée lancé depuis la région de Pyongyang en direction de la mer de l’Est vers 22 h 38 aujourd’hui (13 h 38 GMT dimanche) », a déclaré l’état-major interarmées de la Corée du Sud.

Le missile a parcouru 570 kilomètres avant d’atterrir dans la mer de l’Est, selon l’état-major, qui a précisé que Séoul, Washington et Tokyo « partageaient étroitement les informations relatives au missile balistique nord-coréen ».

Missile capable de traverser plus de 15 000 kilomètres

Le ministère japonais de la Défense a également déclaré que la Corée du Nord avait lancé « ce qui semble être un missile balistique ». Selon l’agence Kyodo News, citant des sources gouvernementales japonaises anonymes, le missile de courte portée est tombé en dehors de la zone économique exclusive du Japon.

Le commandement américain de l’Indo-Pacifique a estimé, dans un communiqué, que si le lancement ne représentait pas une menace pour le territoire américain ou pour les alliés de Washington, il mettait en évidence « l’impact déstabilisant du programme d’armement illicite de la RPDC ».

Selon Tokyo, le tir était un missile probablement capable d’atteindre le territoire américain. Le Premier Ministre japonais, Fumio Kishida, a déclaré ce lundi que ce nouveau tir nord-coréen « est une menace pour la paix et la stabilité ». Ce missile est en mesure de traverser plus de 15 000 kilomètres, ce qui signifie qu’il peut atteindre n’importe quel endroit du Japon et des États-Unis, a déclaré Shingo Miyake, vice-ministre japonais de la Défense.

La RPDC ou République populaire démocratique de Corée est le nom officiel de la Corée du Nord. « L’engagement des États-Unis en faveur de la défense de la République de Corée et du Japon reste inébranlable », a-t-il ajouté.

Séoul et Washington « condamnent fermement » le lancement du missile

Séoul « condamne fermement » le lancement du missile balistique intercontinental (ICBM) à combustible solide, a déclaré lundi la présidence sud-coréenne. La Corée du Sud «condamne fermement » son voisin du Nord qui « fait peser une grave menace sur la paix et la sécurité de la péninsule coréenne et de la communauté internationale » avec ce lancement, souligne la présidence sud-coréenne dans un communiqué publié à l’issue d’une réunion d’urgence du Conseil national de sécurité.

Les États-Unis « condamnent » également le tir. « Ces lancements, comme les autres tirs de missiles balistiques effectués par Pyongyang cette année, constituent une violation de plusieurs résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies », a déclaré le porte-parole dans un communiqué à l’AFP. « Ils constituent une menace pour les voisins de la RPDC et sapent la sécurité régionale », ajoute le communiqué, utilisant un acronyme pour le nom officiel de la Corée du Nord.

Soutien de la Chine à Pyongyang

De son côté, le chef de la diplomatie chinoise Wang Yi a souligné lundi le « ferme soutien » de son pays à la Corée du Nord, après ce nouveau tir de Pyongyang.

« Face aux turbulences au niveau international, la Chine et la (Corée du Nord) se sont toujours fermement soutenues et fait confiance l’une et l’autre », a affirmé Wang Yi lors d’une rencontre lundi à Pékin avec le vice-ministre nord-coréen des Affaires étrangères Pak Myong Ho, selon un compte-rendu de la diplomatie chinoise.

Confrontation nucléaire

Cet essai intervient alors que Séoul et Washington ont averti Pyongyang que toute attaque nucléaire contre les États-Unis et la Corée du Sud entraînerait la fin du régime nord-coréen. Les deux alliés ont participé vendredi à la deuxième session du Groupe consultatif nucléaire à Washington, axée sur la dissuasion nucléaire en cas de conflit avec le Nord.

Dimanche, un porte-parole du ministère nord-coréen de la défense a dénoncé un projet des alliés d’ajouter l’an prochain un exercice nucléaire à leurs exercices militaires conjoints annuels, en menaçant d’une « contre-attaque préventive et mortelle ».

« Il s’agit d’une déclaration ouverte sur la confrontation nucléaire visant à faire de l’utilisation d’armes nucléaires contre la RPDC un fait accompli », a déclaré le ministère dans un communiqué publié par l’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA.

Le lancement de missile de dimanche intervient le jour de l’anniversaire de la mort du père du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, Kim Jong Il, décédé le 17 décembre 2011. L’année dernière, la Corée du Nord avait annoncé une nouvelle doctrine rendant « irréversible » son statut de puissance nucléaire, et l’autorisant à mener une frappe atomique préventive en cas de menace existentielle contre son régime.

En septembre, son statut d’État nucléaire a en outre été inscrit dans sa Constitution. En novembre, la Corée du Nord a réussi à mettre en orbite un satellite d’espionnage militaire, capable, selon elle, de lui fournir déjà des images de sites militaires américains et sud-coréens.

3 thoughts on “La Corée du Nord défie la stabilité tégionale en tirant un missile balistique Intercontinental.-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2023 LakayInfo. Tous droits réservés. Contact : lakayinfo47@gmail.com WhatsApp : +509 36.67.32.49 | Newsphere by AF themes.

En savoir plus sur

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading